TSURUOKA

FOYER DE TROIS COURANTS SPIRITUELS

LE BOUDDHISME

 

On compte deux branches principales dans le bouddhisme de Tsuruoka:

ZEN

SHINGON

Les pratiquants du bouddhisme zen recherchent l'éveil (satori 悟り) à travers la méditation et la paix de l'âme. Le Bouddha qu'ils vénèrent est Gautama Bouddha (jp: Shakamuni nyorai 釈迦如来) et leur pratique consiste en la pratique stricte de ses préceptes. Le Bouddhisme zen appartient à "La Grande Roue": Mahayana, c'est un bouddhisme qui repose beaucoup sur les écrits.

La pratique la plus connue dans le bouddhisme zen est l'art du repos de l'âme à travers la position assise: zazen 座禅.

Les pratiquants du bouddhisme shingon aspirent à devenir Bouddha de leur vivant, dans leur corps présent: sokushinjôbutsu 即身成仏. Le bouddhisme shingon appartient à la branche ésotérique: Vajrayana. On y vénère Vairocana Bouddha (jp: dainichi nyorai 大日如来). Le bouddhisme shingon repose surtout sur la pratique et non sur les écrits (en japonais on l'appelle religion du secret: mikkyô 密教 ). Son fondateur est Kûkai 空海 (aussi appelé Kôbô Daishi). Les pratiques les plus emblématiques du shingon sont gomataki 護摩焚き (rituel du feu) et sokushinbutsu 即身仏: la momification de soi vivant.

TEMPLE Zenpoji

temple gyokusenji

TEMPLE

nANGAKUJI

TEMPLE DAINICHIBO

TEMPLE HONMYOJI

TEMPLE CHURENJI

LA PURGE BOUDDHISTE

La "purge bouddhiste" (haibutsukishaku 廃仏毀釈) est un mouvement politico-religieux qui eut lieu durant la Restauration de Meiji, une période durant laquelle les sentiments nationalistes ont poussé à la quête d'une "japonité" pure. Certains considéraient le bouddhisme comme une religion "bâtarde" importée de l'étranger, et de ce fait, indigne d'être la religion officielle du pays et à la place, on lui préféra le shintô, religion née au Japon. Le 28 Mars 1868, le gouvernement de Meiji proclama l'interdition nationale des lieux possédant une double identité Shintô-Bouddhiste, qui était jusqu'alors très commune et répandue dans tout le Japon (la pratique commune des deux religions est appelée shinbutsushûgô 神仏習合: "fusion des pratiques shintô et bouddhistes"). Dès lors dans tout le Japon, icônes, statues, peintures, écrits, bâtiments furent soit détruits soit déplacés de leur endroit originel, afin de faire de ce genre d'endroit des sites entièrement shintô.

Tsuruoka n'échappa pas à la règle, et à cause du haibutsukishaku, les icônes bouddhistes de la pagode à cinq étages du Mont Haguro furent remplacées par des statues shintô, les statues géantes bouddhistes Niô 仁王 qui gardaient l'entrée du mont Haguro à la porte Zuishinmon ont été remplacées par les statues de dieux shintô: Toyoiwamado no kami 豊石窓神 et Kushiiwamado no kami 櫛石窓神.

LES MOMIES DES SOKUSHINBUTSU

La pratique de la momification vivante: sokushinbutsu 即身仏 ("Bouddha dans son corps présent") est une pratique spécifique au bouddhisme ésotérique shingon particulièrement commune autour du mont Yudono. Les moines qui pratiquaient la momification sur soi  cherchaient à conserver leur corps après la mort, pour devenir Bouddha et offrir bénédiction et bonheur aux humains sur Terre.

 

SHINTO

Dans la religion shintô, on trouve près de 8.000.000 dieux, tous présents dans la nature ou sous la forme de phénomènes naturels. Un de ses écrits sacrés: Le Kojiki 古事記, raconte comment l'archipel Japonais fut formé et comment commença la lignée divine de l'Empereur

 

Le Shintô a longtemps cohabité en harmonie avec le Bouddhisme, surtout à Tsuruoka où il s'est peu à peu confondu avec le shugendô. Les Bodhisattvas bouddhistes, dieux shintô et personnalités du shugendô étaient vénérées de la même façon. C'est après la Restauration de Meiji (1868) que le shintô est devenu la religion officielle du Japon, au détriment du Bouddhisme

SANCTUAIRE SANJINGÔSAIDEN

SANCTUAIRE SHÔNAI JINJA

SANCTUAIRE DU MONT YUDONO

SANCTUAIRE SUGIO JINJA

SANCTUAIRE

KIHI JINJA

SANCTUAIRE TENMANGÛ

La coexistence du SHINTO et du BoUDDHISMe à tsuruoka

Shinbutsushugo 神仏習合 est le terme qui désigne la coexistence et la pratique commune de la religion shintô et du bouddhisme. 

Le shinbutsushugo était particulièrement très fort à Tsuruoka, et l'est toujours, puisqu'il est le fondement même du shugendô, la religion des yamabushi (voir section plus bas), et est plus précisément visible dans les maisons de la région. Comme partout ailleurs au Japon, il y a un espace dédié à la prière dans les maisons de la région. Alors qu'ailleurs il est d'usage que l'espace bouddhiste et l'espace shintô soient bien distincts (pièces différentes), dans les maisons de Tsuruoka, l'autel bouddhiste (butsudan 仏壇) et l'autel shintô (kamidana 神棚) se trouvent tous les deux dans la même pièce: l'un au dessus de l'autre.

LE SANCTUAIRE SHONAI JINJA ET L'Histoire guerrière de la ville

Le sanctuaire Shônai-jinja a été bâti sur les fondations de l'ancien château du clan Shônai Tsuruogaoka-jô 鶴ヶ岡城. Les armées du clan Shônai étaient si perfectionnées qu'elles ne perdirent pas une seule bataille jusqu'à la guerre de Boshin.

Pour cette raison, la culture guerrière des samouraïs fleurit dans la région de Shônai pendant la période Edo (1604-1868), et une école de clan visant à former des guerriers avisés fut ouverte tout près du château: Chidôkan. Lorsque la guerre de Boshin fut finie et que la fin du système shogunal fut proclamée, le château de Tsurugaoka-jô fut détruit. Par dessus ses fondations fut construit le sanctuaire Shônai-jinja, qui ne manque pas de rappeler la gloire du clan Shônai à travers des festivals tels que Shônai Taisai 荘内大祭 (15 Août).

SHUGENDO

 

Qu'est-ce que le shugendô?

On peut dire que le shugendô est un syncrétisme de la religion bouddhiste et de la religion shintô. L'adoration de la nature dans la religion shintô comme elle peut être trouvée dans le fait de vénérer des dieux présents dans la nature, et bon nombre de rituels bouddhistes shingon comme l'utilisation du feu purificateur (gomataki 護摩焚き) se retrouvent aussi dans la culture shugendô. Les moines de la religion shugendô sont appelés yamabushi 山伏, littéralement : "ceux qui se prosternent devant la montagne". La montagne et sa nature, indomptable, somptueuse et millénaire sont les éléments de vénération principaux dans la doctrine du shugendô. Les pratiquants du shugendô doivent subir un entraînement intense dans la montagne, coupés du monde moderne (4 jour pour les femmes, une semaine pour les hommes). L'entraînement repose sur l'enseignement de la résistance à la douleur (suffocation, faim, froid, fatigue) et le rétablissement du lien entre le corps et la nature. Il est attendu des apprentis qu'ils ne se douchent pas, ne se lavent pas les dents, ne se rasent pas, ne portent pas de maquillage ni n'utilisent de technologie durant l'entraînement, afin qu'ils puissent reconnecter avec la vraie nature de leur corps.

 

On considère qu'il y a trois grands sites majeurs du shugendô au Japon:

Ominesan (département de Nara), Hikosan (départements de Oita/Fukuoka), et

Dewa Sanzan.

Les sites en rapports avec le shugendô à Tsuruoka

dewa sanzan

 KINBOZAN

ZAO GONGEN

Zao Gongen 蔵王権現 est la divinité vénérée dans la religion shugendô, bien qu'il soit d'origine bouddhiste. Chose rare: il est supposé être un dieu bouddhiste entièrement japonais qui ne trouve pas ses racines dans le bouddhisme indien.

Il serait apparu pour la première fois à En no Ozunu, alors qu'il était en plein entraînement dans la montagne Kinpu (département de Nara). Il est le dieu de la vérité universelle, celui qui détient toute la force de l'univers.

EN NO OZUNU

En no Ozunu 役小角 est un sorcier japonais qui a vécu au 7ème siècle (dates incertaines) et supposément mort en 701 qui participa activement à la fusion entre la religion shintô et le bouddhisme (shinbutsushûgô 神仏習合) et connu pour ses entraînements ascétiques dans la montagne.

A l'âge de 17 ans, il étudia l'art du sortilège bouddhiste au temple Gangôji. Ses talents de sorciers étaient si excellents que les rumeurs disaient de lui qu'il avait guéri le politicien Fujiwara no Kamatari (durant le règne de l'empereur Tenji), qui souffrait alors d'une maladie de longue date. Mais c'est son excellence qui mènera à sa perte. D'après les rumeurs, En no Ozunu pouvait invoquer des démons par la simple parole et leur ordonner de s'attaquer à tous ceux qui étaient contre lui. L'empereur Monmu, qui craignait l'influence du sorcier, ordonna son exil. Il mourrut deux ans plus tard. On dit de En no Ozunu  qu'il est le fondateur du shugendô et l'inventeur de l'entrâinement des yamabushi. C'est lui qui a décrété Dewa Sanzan site sacré du shugendô après que Prince Hachiko a découvert le mont Haguro. (voir Dewa Sanzan pour plus de détails).

Photo credits go to : Sailko (wikimedia)

Tsuruoka City,

The Blog

DEGAM Tsuruoka Tourism Bureau (General Incorporated Association)

Adresse: 3-1 Suehiromachi, MARICA East Building, 2nd floor, Tsuruoka, Yamagata 997-0015, JAPAN

TEL: (+81) 0235-26-1218

E-mail: tsuruoka@degam.jp

Langues parlées:

This website uses icons made by Freepik from www.flaticon.com 

Facebook.png
1200px-Instagram_logo_2016.svg.webp
twitter-2672572_1280.jpg

Un problème pour plannifier pour voyage? Des questions en tout genre sur la ville?

Contactez-nous (réponse sous 2 jours ouvrés)